Skip to content

Les amandes amères de Laurence Cossé

23 février 2013

Auteur : Laurence Cossé

Titre : Les amandes amères

Éditeur : Gallimard

Date de parution : septembre 2011

 

Voilà un roman que j’ai failli abandonner rapidement. J’ai été immédiatement rebutée par son style. Des phrases simples à la troisième personne, au présent, aucune image, aucune beauté dans l’écriture, aucune musique… Un style clinique, froid, distancié, comme un rapport d’observation.

 

Et puis j’ai continué parce que le sujet me plaisait. Edith, une traductrice parisienne propose d’apprendre à lire et à écrire à Fadila, une femme marocaine d’un âge certain (plus de 60 ans) qui fait quelques heures de ménage chez elle.

 

Et nous suivons pas à pas cet apprentissage, long, fastidieux, difficile, et surtout qui va se solder par un échec. C’est donc un roman honnête, qui ne cherche pas à faire du beau avec une dure réalité. Et c’est en cela qu’il est réussi.

 

Edith se pose les bonnes questions, s’interroge en permanence sur sa façon de présenter les choses, d’enseigner, est capable de reconnaître ses erreurs (par exemple, lorsqu’elle apprend d’abord l’écriture cursive, dessin quasiment impossible à tracer pour Fadila)… Elle comprend ainsi que l’apprentissage de la lecture et de l’écriture nécessite des pré-requis que Fadila ne possède pas.

 

Et puis, grâce à cet apprentissage semé d’embûches et d’échecs, les deux femmes apprennent à se connaître, à se parler, pour souvent ne pas toujours se comprendre…

 

J’ai donc apprécié ce voyage au cœur de l’analphabétisme… C’est un roman qui m’a captivée pour l’analyse qu’il fait des processus d’apprentissage… En revanche, j’ai été surprise par une fin que j’ai trouvée brutale et bâclée. Etait-ce nécessaire d’aller si loin dans le drame ? Ne pouvait-on pas rester simplement (et c’était déjà beaucoup) sur un échec de l’apprentissage ? Tout le texte était resté éloigné de la facilité romanesque et voilà que l’auteur y cède à la fin ! Quel dommage !

 

En résumé : un début qui m’a rebutée, un développement qui m’a passionnée, une fin qui m’a exaspérée…

 

« Pour apprendre à lire à Jules, il faut commencer par connaître Jules. »

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :