Skip to content

Une fille, qui danse de Julian Barnes

2 février 2013

Une-fille-qui-danse

 

Éditeur : Mercure de France

Date : 2013

 

 

 

 

 

Ca fait très très longtemps que j’avais envie de lire cet auteur. C’est fait !

C’est l’histoire d’un homme de soixante ans qui reçoit un testament troublant et peu compréhensible. Il provient de la mère d’une ancienne petite amie. Evidemment, cet événement va le faire replonger dans son passé, ses années de lycéen. Le narrateur est un homme moyen, sans grand intérêt, qui ne comprend pas (et qui n’a jamais compris) grand-chose à ce qui lui arrive.

Réflexion sur la mémoire, « …le cerveau vous jette des bribes de souvenirs de temps en temps… », sur le suicide, sur les malentendus entre les gens, les incompréhensions, la culpabilité… La force de ce roman ne réside pas dans l’histoire mais dans la façon dont elle est racontée.

La première page du livre est déjà jubilatoire. L’auteur énumère des « je me souviens » (comme Perec) qui apparaissent totalement hermétiques au lecteur mais qu’il va retrouver avec un petit sourire complice au coin des lèvres, au fil du roman.

Voilà un roman mené de main de maître par un auteur qui s’adresse souvent à son lecteur, qui l’hypnotise et le ferre comme un brochet.

Il y a un ton chez Julian Barnes ! Un peu ironique, un peu sarcastique… ça me plaît bien.

Oh et puis, je suis contente, j’ai appris ce qu’était un mascaret !

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :