Skip to content

Stoner de John Williams

5 mars 2012


Le Dilettante, 2011, traduit par Anna Gavalda, écrit en 1965

Bel hommage à l’enseignement de la littérature (rien que pour ça, ce livre est pour moi une merveille), roman d’une vie terne, mais honnête, qui n’a pas accepté les compromissions mais a subi les mesquineries et les outrages. Ce professeur de littérature qui aurait voulu être un merveilleux « passeur » et n’en aura été qu’un bien piètre (c’est lui qui le dit) aura heureusement vécu quelques plaisirs, quelques moments de bonheur dans une vie globalement vouée à l’amour du livre.

On éprouve une grande empathie pour ce personnage si mal marié, si mal entouré, on partage son amour pour les mots, pour les textes littéraires, pour les thèses passionnantes. « Il comprenait le rôle de la grammaire et percevait comment, par sa logique même, elle permettait, en structurant un langage, de servir la pensée  humaine. De même, en préparant de simples exercices de rédaction, il était frappé par le pouvoir des mots, par leur beauté, et avait hâte de se lancer enfin pour pouvoir partager toutes ces découvertes avec ses étudiants. »

Qu’est-ce que réussir sa vie ? Il me semble que ce roman pose aussi cette question. J’ai lu ici et là que ce livre relatait la vie ratée d’un professeur de littérature. Ratée, vraiment ? Certes, son mariage ne fut pas une réussite, et à cette époque (première moitié du vingtième siècle) on ne divorçait pas aussi facilement qu’aujourd’hui, mais il a connu l’amour. Il n’a pas été un excellent passeur mais il a vécu de vrais moments de plaisir durant sa vie d’enseignant. Le bonheur est-il constant ? Qui peut dire que sa vie entière a été heureuse ? Non, le bonheur est fugace. Et Stoner a vécu quelques instants magnifiques dans sa vie.

« Au cours de sa quarante-troisième année, William Stoner apprit ce que d’autres, bien plus jeunes, avaient compris avant lui : que la personne que l’on aime en premier n’est pas celle que l’on aime en dernier et que l’amour n’est pas une fin en soi, mais un cheminement grâce auquel un être humain apprend à en connaître un autre. »

C’est un livre émouvant sur l’intimité d’un amoureux des Lettres. A lire !

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :