Skip to content

Opium Poppy de Hubert Haddad

12 février 2012

 

Voilà un petit livre qu’on lit comme on reçoit un coup de poing. Mon seul regret : n’avoir pu le lire d’une traite.

C’est l’histoire d’un jeune afghan qui va subir l’exil, échapper à sa condition de « futur kamikaze », pour finalement vivre dans les rues de Paris. Quel avenir pour ce fils de paysan dans un pays détruit par les hommes, dans un pays qui n’a connu que la guerre, la peur, la violence ? Quel avenir pour cet immigré clandestin dans un pays comme la France ?

Hubert Haddad dépeint parfaitement la situation, avec des images justes, parfois très belles, criantes de vérité, ou encore à peine soutenables. Il maîtrise parfaitement la narration pour emmener son lecteur dans les profondeurs d’un pays laminé. C’est un témoignage terrible de ce qu’on peut faire subir à des enfants.

 

La phrase qui résume le mieux ce roman :

 

« Né dans le désastre des guerres, il portait sur lui l’empreinte des vies échouées. »

 

C’est un roman pessimiste, mais comment pourrait-il en être autrement ? Comment un enfant peut-il se sortir de ce cercle infernal de la violence ? Les images qu’il imprime au fur et à mesure qu’il grandit sont toutes plus terribles les unes que les autres. Et la dernière n’efface pas la première, elles s’empilent, elles l’envahissent, il se construit à partir d’elles.

« Seul dans la nuit, Alam repousse avec une énergie de condamné le basculement d’échafaud du sommeil. Mais les images resurgissent en vrac, flambantes, déchirées. »

J’avais découvert récemment Hubert Haddad avec des nouvelles,  Vent printanier. Et ce roman confirme mon goût pour sa puissante écriture.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :