Skip to content

Le sillage de l’oubli de Bruce Machart

28 janvier 2012

Gallmeister, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

Un gros coup de coeur pour ce premier roman !

Le roman se déroule à la fin du 19ème siècle au Texas et au début du 20ème. On suit l’histoire de Vaclav Skala et de ses enfants sur plusieurs époques : l’année de la mort de sa femme (lorsqu’elle accouchait de leur quatrième enfant), 15 ans plus tard, lorsque cet enfant né orphelin de mère a 15 ans et fait des courses de cheval, et encore 14 ans plus tard, le père est mort et la lumière est mise sur Karel, adulte et père de deux filles.

L’histoire n’est pas racontée de façon linéaire, on passe de 1910 à 1898 puis à 1924 pour revenir à 1910… Ainsi, les secrets enfouis, les non-dits nous sont-ils révélés peu à peu, par bribes au passé ou au présent, ce qui n’a pas le même impact sur le lecteur. Une construction parfaite !

C’est un roman âpre, violent, masculin où l’alcool côtoie les coups de poings, les garçons vivent avec un cou cassé par un harnais mais en même temps, éprouvent des sentiments indicibles. La sensibilité de tous ces hommes pointe le bout de son nez, mais avec parcimonie, l’époque est rude, l’homme se doit de se montrer fort.

Un autre personnage important du livre : le cheval. C’est le symbole de la liberté, de cette liberté qui échappe à chacun, car même lorsque les fils de Vaclav croient échapper au joug de leur père, ils retrouvent celui de leur beau-père, comme si les hommes ne pouvaient pas vivre libérés de toute attache.

J’ai été captivée par l’écriture extraordinaire de certains passages. L’auteur nous emmène dans une course de chevaux absolument époustouflante, on est sur le cheval, on est à côté avec les spectateurs, on manque tomber mais on se raccroche à la crinière, on sent le vent frôler notre visage, on est à plein galop dans le roman, on ne peut s’arrêter… ahurissant. Magistral !

Ce livre est publié chez Gallmeister, les amateurs de nature writing adoreront !

Ce passage pour ma fille, parce que cette description, c’est elle, elle à cheval :

« Il y avait néanmoins une espèce de grâce dans la manière qu’il avait de guider sa monture, une confiance désinvolte qui lui permettait de ne pas enfoncer ses bottes dans les étriers, si bien qu’il semblait n’utiliser que le bout de ses orteils, les rênes tenues délicatement entre ses doigts, un peu comme une dame manipulerait les draps les plus précieux de son trousseau après les avoir mis à laver. »

Et ce passage qui résume bien l’ensemble :

« Alors ce qui venait tout juste de s’épanouir en lui se recroqueville et jaunit sur les bords, et il comprend soudain, en l’espace de quelques secondes à la fois éphémères et éternelles, qu’un homme ne saurait oublier l’immense toile de fond de son passé, et que même l’éblouissante blancheur des champs de coton en été ne peut venir totalement à bout de la croûte stérile et dure de la terre qui s’est formée au fil des hivers. Il arrive presque à mettre des mots dessus, mais c’est une impression fugace, elle a déjà disparu : il ne reste que la certitude mordante qu’il est impossible d’avancer sans sentir la bride sur son cou, que le harnais à l’épreuve des intempéries ne se desserrera jamais, que le poids de tout ce qu’on traîne derrière soi ne peut pas s’alléger. »

Il m’a été très difficile de lire un autre roman derrière celui-ci. Je n’arrivais pas à l’oublier, ses longues phrases me hantaient et m’empêchaient d’apprécier une autre écriture, plus concise… Il a fallu que je laisse passer quelques jours sans rien, sans lire aucune ligne.

Publicités
3 commentaires
  1. Je l’ai terminé il y a quelques jours… Du coup, j’ai enchaîné sur un recueil de poésie et un essai pour avoir une chance d’accrocher à mes nouvelles lectures. Je change complètement de contenu. Il est magnifique ce roman…

Trackbacks & Pingbacks

  1. Des hommes en devenir de Bruce Machart | Le blog de Krol
  2. Le sillage de l’oubli – Bruce Machart | Synchronicité et Sérendipité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :