Skip to content
Tags

L’annulaire de Yoko Ogawa

5 octobre 2011

 

J’ai découvert les textes de Yoko Ogawa il y a quelques mois, et pas un, pour l’instant, ne m’a déçue.

Là encore, lorsque j’ai refermé le livre, j’ai sifflé d’admiration. Si, si ! Bon d’accord, je ne sais pas siffler, alors j’ai plutôt exhalé un « ouah ouh ! » époustouflé.

Quelle écriture fabuleuse.

Comme d’habitude, l’auteur réussit à nous plonger dans un univers étonnant, fascinant, dérangeant, avec une douceur incroyable et inquiétante. C’est le livre de l’envoûtement. Un personnage se laisse emmener vers sa fin en toute conscience, de même que le lecteur se laisse bercer par les mots de Yoko Ogawa et emmener vers une issue fatale avec délicatesse.

Mais commençons par le début, quelle est l’histoire ?

Une jeune fille est engagée par un directeur de laboratoire de spécimen. Les gens apportent un objet, un souvenir auquel ils souhaitent échapper. « Le sens de ces spécimens est d’enfermer, séparer et achever. Personne n’apporte d’objets pour s’en souvenir encore et encore avec nostalgie. » Le taxidermiste va le recueillir puis le conserver. « En préparant les spécimens, nous apportons une réponse à ces problèmes personnels. » Mais la jeune fille va peu à peu subir l’envoûtement de cet homme…

Tout d’abord, je n’ai pas bien compris ce qu’étaient les fameux spécimens. Puis, lorsque la lumière s’est faite dans mon esprit, j’ai été subjuguée par la façon dont l’auteur nous emmenait dans cet univers étrange, inquiétant, sans en avoir l’air. C’est oppressant et en même temps, on y plonge avec délectation. Incroyable !

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :