Skip to content

Ultraviolet de Nancy Huston

2 juin 2011

Quatrième de couverture : Dans son journal, Lucy écrit tout ce qu’elle ne peut pas dire à haute voix. A treize ans alors que les idées se bousculent dans sa tête et les sensations dans son corps, elle a du mal à supporter son père pasteur et sa mère un peu rigide. L’arrivée du docteur Beauchemin à la maison lui offre un interlocuteur troublant. Dans la touffeur de cet été 1936, la jeune fille découvre des sentiments nouveaux, indicibles.

 

Thierry Magnier, 2011

 

C’est un livre sensible, qui pose plein de questions, qui incite à la réflexion, avec une héroïne passionnée par les mots, qui cherche leur étymologie, qui joue avec, les manipule à son gré, qui s’étonne. J’ai reconnu en elle, ma passion pour les mots, pour ce qu’ils évoquent, pour ce qu’ils disent, pour ce qu’ils traduisent rien que par leur sonorité… (et pourtant, je suis loin d’avoir treize ans !)

Lucy apprend l’ivresse de traduire en mots écrits sur des pages blanches ce qu’elle ressent et pense. Nombre de jeunes filles pourront se retrouver dans ce personnage qui balbutie à un âge où tout bouleverse, qui essaie, se lance, questionne, vit, exprime, découvre des sentiments troublants, qui fait ses premiers pas vers sa vie d’adulte.

C’est beau, intelligent, bien écrit. A offrir à tous les jeunes à partir de 13 ans.

 

« Personne n’a raison alors ? Personne n’a raison ? Il n’y a que des des points de vue, des fragments de vérité partielle ? Voilà la question que j’ai envie de poser à Bernard lors de notre prochaine conversation. « Dieu », c’est peut-être juste notre désir que quelqu’un, quelque part, pige tout ? »

 

« … la plupart des adultes ne sont pas libres du tout. Ils tournent en rond, font la même chose tous les jours sans avancer. Au mieux, ils peuvent voir au bout d’un an d’efforts qu’ils ont avancé un tout petit peu, mais ça ne les empêche pas de se retrouver au point zéro l’année suivante. Ça les rend furieux. Ils se rappellent leur propre enfance, Lucy. A quel point chaque journée comptait alors. En l’espace d’une semaine, ils étaient capables d’absorber mille choses nouvelles. »

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :