Skip to content

Tu verras de Nicolas Fargues

18 avril 2011

« Mais plus tard, quand tu seras grand, lorsque tu entendras le nom de Turner, eh bien tu te souviendras de ce tableau et tu me remercieras de t’avoir amené ici, tu verras. »

« Les femmes, Clément, tu verras, c’est Fuis-moi je te suis. »

« Moi je m’en fous, c’est de ton avenir qu’il s’agit, pas du mien. »

Clément ne verra rien du tout, il n’aura pas d’avenir puisqu’il est mort brutalement à 12 ans.

 

Nicolas Fargues a une plume. Une vraie. Il décrit avec justesse, sans trop en faire, un père à la dérive qui vient de perdre son fils et se repasse le film de sa vie avec lui, surtout les moments où il a été pathétique, où il lui a fait du mal, où il ne le comprenait pas, où il le rabaissait, les moments où il était un père minable, un père autoritaire n’acceptant aucun débordement de ce fils qui commençait à entrer dans l’adolescence. Nicolas Fargues a l’art de nous divertir avec du quotidien, sans nous ennuyer, avec une pointe de cynisme, et un regard acéré sur le monde qui nous entoure.

Le narrateur répète inlassablement que Clément portait un jean qui lui descendait jusqu’au bas des fesses… cette remarque revient comme un leitmotiv, comme une marque de sa culpabilité. Il le lui a reproché des centaines de fois mais aujourd’hui, ce qu’il souhaiterait c’est voir entrer son fils avec ce foutu jean.

Troublant, fort, puissant… est-ce que quelqu’un qui n’a pas d’enfant peut comprendre le personnage principal de ce roman ? A chaque page, je me disais « oui, c’est ça, c’est exactement ça ». Je lance la question à des lecteurs sans enfants, à des jeunes lecteurs d’une vingtaine d’années.

Mais j’ai été quelque peu déçue par la fin du livre, trop ouverte. Le voyage à Ouagadougou ne m’a pas convaincue. L’auteur nous laisse entrevoir une société basée sur autre chose que le simple paraître de la nôtre. Intéressant, certes, mais juste survolé, j’aurais aimé qu’il creuse davantage cette piste, je crois.

Je ne sais que dire… je suis restée sur ma faim sans fin.

On n’a évidemment pas toutes les réponses à nos questions. A-t-on toutes les réponses aux questions qu’on se pose à la mort d’un être proche ? Non, je ne crois pas. Mais, j’attendais un je ne sais quoi… c’est ça, je ne sais, donc, finalement qu’attendais-je ? Peut-être rester plus longtemps avec le narrateur, peut-être profiter encore du style de Nicolas Fargues, ne pas refermer le livre trop tôt, trop vite.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :