Skip to content

Le garçon en pyjama rayé de John Boyne

11 août 2010

Gallimard, 2009

Ce roman est classé en littérature jeunesse, mais j’en parle aussi sur mon blog, et pas seulement sur la page bibliographie de mon site « pédago » parce que ce roman ne peut être lu, pour être bien compris, que par des collégiens (dernières années) ou des lycéens, et par des adultes bien sûr, qui acceptent de se laisser entraîner dans cette histoire étonnante.

J’ai énormément aimé cette fable (il est bien précisé « fable » de John Boyne) qui trouve d’ailleurs sa morale à l’avant-dernier chapitre…

Alors, oui, le personnage principal (de 9 ans) paraît bien innocent face à tout ce qu’il voit et entend, il pourrait être plus jeune, mais cela n’empêche que c’est cette vision innocente qui donne au livre toute sa force.

Bruno est le fils du commandant du camp d’Auschwitz, il habite avec sa soeur et ses parents une maison isolée à côté du camp et ne comprend pas ce qu’il se passe derrière les barbelés. Sa naïveté peut souvent surprendre mais un enfant Allemand, à cette époque-là, pouvait-il vraiment comprendre ce qui se tramait dans son pays ?  On ne lui explique rien d’ailleurs. C’est justement cette incompréhension que l’auteur traduit si bien grâce au regard naïf d’un enfant qui a la chance d’être né du bon côté.

J’aurais aimé lire certains passages en version originale : Bruno prononce toujours Hoche-vite (le nom réel n’est jamais mentionné) et évoque à plusieurs reprises le Fourreur, qu’en est-il dans la version originale, comment l’auteur a-t-il  joué sur le sens des mots ? L’auteur a vu très juste en rendant certains noms énigmatiques pour l’enfant. Je me souviens (dans un autre registre) d’un quartier d’une ville que j’entendais Sintradegonde en un mot alors que c’était bien sûr Sainte Radegonde.

La fin de la fable est terrible, elle est amenée subtilement, ce qui ne la rend que plus puissante…

Vraiment ce livre est un petit bijou !

 

Publicités
One Comment
  1. Marie Pascart permalink

    Bonsoir,
    Je n’ai vu que le film mais il m’a beaucoup marquée. Je vais lire le livre, en anglais de préférence. Pour les livres comme pour les films, je préfère la VO!
    En tout cas, votre chronique donne envie de le lire. Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :